Tour KPMG à Montréal, Québec | Magil Construction

Tour KPMG

Emplacement Montréal, Québec
Type de contrat Gestion de la construction
Secteur Commercial
Sous secteur Bureaux
Client First Quebec / Westcliff
Date d'achèvement Complété - janv. 1988
Taille 968752 pieds carrés
KPMG 136955636 EDITORIAL min min

Tour KPMG

Ce complexe est considéré comme l'un des plus prestigieux du centre-ville de Montréal, sa construction étant une véritable tour de force. Avec ses 146 m de haut, c'est l'un des plus hauts bâtiments à Montréal, avec 34 étages de bureaux et un immeuble de 2 étages centre commercial souterrain, Promenades de la Cathédrale, connecté au réseau piétonnier souterrain et à la station de métro McGill.

Une exécution unique

La construction a impliqué la suspension de la 18e église du siècle sur des pilotis temporaires pendant que le centre commercial était en cours de construction en dessous.

Avec une structure en béton armé et une structure en aluminium et de verre, le bâtiment est doté d'un système de rideaux murs offrant aux occupants un point de vue exceptionnel et une maximum de lumière. Elle présente un style d'architecture postmoderne unique, avec des des meneaux verticaux sur la courtine rose de la tour qui reproduire le clocher de la cathédrale, et les pyramides jumelles de la le sommet de la tour en référence aux clochers jumeaux de la façade en face du beffroi.

Le bâtiment dispose également de 11 ascenseurs et de 441 places parking souterrain.

Ce projet unit la tour de bureaux KPMG et le centre commercial souterrain Les Promenades de la Cathédrale. Il est exceptionnel en raison de l’exécution unique de travaux de construction sous le presbytère et l’Église anglicane « Christ Church Cathedral » de signature néo-gothique. L’église est recensée au répertoire du patrimoine culturel du Québec. Par l’application de stratégies structurales novatrices, l’église a reçu une nouvelle dalle de support, qui agit comme un immense plateau alors supporté par des colonnes temporaires permettant un accès au-dessous.

En raison du programme du projet, cette technique n’a pas été retenue pour le presbytère, d’autant plus que les énoncés du Ministère de la Culture en obligeaient une mise à niveau complète. Chaque composante du presbytère a été indexée en prévision d’un démantèlement minutieux. Les pierres, toutes numérotées, ont été transportées hors site. Les pierres de sable de couronnement démontraient plusieurs signes de fatigue : arrêtes fendues, cisaillement et effritement, ce que les composés époxydiques ont pu réparer. Les travaux d’origine ne tenaient pas compte des caractéristiques physiques distinctes des deux types de pierre qui composent l’enveloppe et qui ont été unis par un même mortier. Les forces agissant sur les pierres de fond surmenaient les pierres de détail. Lors de la reconstitution de l’ouvrage sur de nouvelles fondations, les mélanges de mortier ont varié selon les jonctions. Les anciennes fondations en moellon ont été remplacées par du béton et de la pierre St-Marc bouchardée pour s’appareiller le plus possible à l’ouvrage d’origine. Ces ouvrages sont aujourd’hui un lieu touristique prisé de Montréal.

fake richard mille